Inventaire des sites fossoyés médiévaux du Morbihan

L'étude réalisée par Lucie Jeanneret pour la DRAC Bretagne en 2011 est largement consacré au Camp des Rouëts:
=>lire l'étude complète

Le site, qualifié de manoir dès le XIIIe siècle, doit conserver des vestiges de construction médiéval, soit au niveau du tertre soit au niveau des bâtiments postérieurs. Le prieuré a également du laisser des vestiges antérieurs à la fin du XIIIe siècle.

Lire la suite de Inventaire des sites fossoyés médiévaux du Morbihan

Légendes de Bodieu revisitées

Les panneaux élaborés en 2007 racontent l’histoire du Camp des Rouëts et de Bodieu. Le panneau des légendes évoquent les histoires locales : Saint Judicaël, Eon de l'Etoile et le chêne aux corbeaux. Il vient d'être remis en place par Ploërmel Communauté. Depuis des archéologues viennent régulièrement souvent en visite privée et fournissent de nouvelles interprétations.

Lire la suite de Légendes de Bodieu revisitées

Ma parenté

Mes recherches généalogiques ont permis de découvrir des liens très anciens avec le Porhoët
" Paul VINCENT est un descendant à la 32e génération d'un cousin issu de germains de Judicaël de PORHOËT, , 1er comte du Porhoët.
  • En effet,
    • Alain de BRETAGNE, , Comte de Dol, Vannes, Nantes, Poher (1 lien de parenté)   Voir
    est en même temps
    • un arrière-grand-père de Judicaël de PORHOËT, , 1er comte du Porhoët
    • un ancêtre à la 35e génération de Paul VINCENT"

Lire la suite de Ma parenté

Histoire du Camp des Rouêts

Au cours du temps, les camps se succèdent, celui de Bodieu établi par Corsold, le roi des Frisons, plus tard le Camp des Rouets qu'occupent les rois de Bretagne puis Éon de l'Estoile, le célèbre hérétique. Lorsqu'en 1668 les troupes anglaises rasent le château de Josselin, Bodieu sert de refuge aux gentilshommes et résistants de l'époque. Les moines de Saint-Jacut y établissent un prieuré en 1221. Un second prieuré est fondé près du château de Bodegat qui sera en partie détruit à la Révolution. À cette époque, la forêt de Lanouée fourmille de chouans, avec à leur tête Pierrot dit Saint-Régent, lieutenant de Cadoudal. Le nom de ce dernier est lié à l'attentat manqué du 24 décembre 1800, jour où le Premier consul Bonaparte, parti pour l'Opéra, à Paris, échappe de peu à la mort. Saint-Régent et l'un de ses complices sont arrêtés peu après l'attentat. Ils seront décapités sur la place de Grève.

Le tombe d'un roi serait au Camp des Rouëts

Un livre édité en 1991, suppose qu'un roi est enterré sous le tumulus du Camp des Rouëts.
Il n'y a jamais eu le moindre indice pour éclairer cette supposition.

Lire la suite de Le tombe d'un roi serait au Camp des Rouëts

page 1 sur 4 suivante »